Intégrer la filière bilingue en « cours de route »

Le témoignage suivant montre que l’intégration de la filière bilingue
est possible « en cours de route » jusqu’à l’entrée en école primaire.
 

Intégrer la filière bilingue en grande section maternelle ? Les parents Ercker de la Villeneuve ont fait ce choix pour Camille qui vient de fêter ses 6 ans et qui va, depuis cette année scolaire, en grande section maternelle bilingue de l’école du Petit Prince à Sarre Union. Camille venait de la moyenne section de l’école maternelle de la Villeneuve. 

Pourquoi ce changement d’école et de filière ? « A la Villeneuve, l’institutrice enseignait trois heures d’allemand par semaine », raconte Michèle Ercker, la maman de Camille. « Camille, qui était en classe unique, était ainsi depuis la petite section en contact avec la langue allemande, et tout de suite très attirée. Elle nous chantait même en allemand » La famille Ercker avait certes assisté à la réunion d’information sur la filière bilingue, mais n’avait pas fait ce choix d’orientation. Trop de doutes, dit Michèle Ercker : « rajouter de la difficulté ? Les maths en allemand ? Et puis, la filière allait-elle continuer en collège ? »   

Lorsque l’institutrice de la Villeneuve s’aperçoit du rapide apprentissage de l’allemand dont fait preuve Camille, elle conseille aux parents de l’inscrire en filière bilingue pour la dernière année de maternelle. Un entretien avec la conseillère pédagogique va conforter les parents dans cette voix. « Nous avons mis nos doutes de côté, pensant qu’il fallait donner toutes ses chances à Camille », raconte la maman. Un choix pas neutre, ne serait-ce que parce que le changement d’école entraînait tout de même un changement de nourrice. 

Aujourd’hui, le choix semble porter ses fruits. Alors que Camille appréhendait, bien sûr, le changement de classe, elle s’est, selon ses parents, très bien adaptée à ce nouvel environnement. Et elle se débrouille en allemand tout aussi bien que ses camarades. « Nous lui montrons notre intérêt à la langue allemande », dit Michèle Ercker. Par le choix de la filière bilingue, les parents se sont d’ailleurs davantage remis à l’alsacien. A la maison, le papa le parle, et la maman, de temps à autre, se met volontiers à l’allemand. « Mais sans que cela devienne pesant pour Camille ». Le prêt de livres allemands de l’ABESUE, le rayon de livres jeunesse en langue allemande de la bibliothèque départementale, la télévision et les DVD en allemand donnent d’autres occasions de pratiquer. « Lors de la scolarisation de Camille, le choix était difficile », résume la maman ; « on ne pouvait encore consulter les enfants, on se posait pleins de questions. En tant que parent, on a des craintes, on a envie qu’ils réussissent quand même ». 

Aujourd’hui, plus de doutes : Camille continuera en filière bilingue, même si les parents pensent que « pour les devoirs, il va falloir s’accrocher ». Pour Emilie, sa cadette, qui a 20 mois, le choix du bilinguisme est déjà fait. Un seul « regret » ont ces parents : « avant, on parlait alsacien entre nous quand les enfants ne devaient pas comprendre. Maintenant, on ne peut plus… il va falloir se mettre à l’anglais !  »  Jochen Reitnauer
(article paru dans « L’ABC de l’ABESUE », n°5, avril 2008) 

Pas encore de commentaires.

Laisser un commentaire

  • Catégories

  • Pages

    • Album : Réunion du 20/09/13
      <b>IMG_20130921_100936</b> <br />

fse60 |
Association FRANCE - NIGERIA |
La Chapelle Bien Chaussée |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Réseau Associatif Démocrate
| Association Regis
| CCGP